Sarrdanapale

Les Abeilles

In 11, Bars on mars 9, 2010 at 8:59

Le dimanche, j’ai souvent envie d’aller au Titon. Mais le Titon est fermé le dimanche. Et, à chaque fois, j’oublie. Je me retrouve devant les volets clos qui murmurent « une prochaine fois une prochaine fois » ; les bras ballants. On ne peut pas tout avoir.

Détachés du corps

mes membres

tombent

Boum.

Ne sachant que faire, je vais aux Abeilles ; tout près. Encore mieux. Le dernier jour de la semaine, dans ce petit bar, happy hour jusqu’à minuit et surtout – surtout – un buffet est gratuit et à volonté. De la charcuterie, du fromage, des crêpes aux fromages, des cuisses de poulet épicé. La première fois, on n’ose pas en prendre. On demande, c’est vraiment gratuit ? Gratuit ? Et les serveurs, peut-être les plus adorables de Paris, qui te répondent « Oui, oui, servez-vous ».

Ils ont trente ans. Les clients aussi. Tout le monde sourit. Fin de la semaine ; Aloïs murmure : « Paris, c’est agréable quand même ».

J’acquiesce. Pourtant, Nerval, in Sylvie, écrit :

« Telles sont les chimères qui charment et égarent au matin de la vie. J’ai essayé de les fixer sans beaucoup d’ordre, mais bien des cœurs me comprendront. Les illusions tombent l’une après l’autre, comme les écorces d’un fruit , et le fruit, c’est l’expérience. »

Entre une pinte et une crêpe beurre sucre rue du Faubourg Saint Antoine – dans le froid – je trouve que cette sentence est d’une stupidité incroyable. Avec l’âge passent les idioties, mais les illusions, le rêve, ils se renforcent. Sans eux, sans ce plaisir de créer barrières et autres stupeurs ! folies ! paradis artificiels, que faire, que voir ? Rien. « La poésie, c’est la seule réalité. Ce qu’on nous vend pour le réel n’existe pas», s’enflamme le crêpier. Ou peut-être était-ce un dramaturge qui passait par là.
Cependant je dois admettre que, parfois, Nerval, soudain, voilà, l’autre, elle, beaucoup de phrases, d’exclamations, on pense que, ou pas, mais, enfin, voilà, des fulgurances, il y a.

« Aimer une religieuse sous la forme d’une actrice !… et si c’était la même ! — Il y a de quoi devenir fou ! »

Si seulement. Le souffle.

Bilan: Agréable

Les Abeilles

32 rue de Charonne, 75011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :