Sarrdanapale

Nuit Elastique

In 16, Banquets on janvier 8, 2009 at 6:26

L’homme, à genoux, lèche. La femme écarte les jambes. Je ne sais pas si elle est hideusement belle d’un ulcère à l’anus, mais, dans sa combinaison en cuir rouge, elle domine. Pisse. Il est un peu plus de 4h du matin. Pour nous, il est temps de rentrer, mais la Nuit Elastique bat toujours son plein.
Il y a des lieux où tu ne pensais pas aller forcément un jour, puis, finalement, poussé par la curiosité, attiré par la lumière – où, ici, la pénombre – tu pousses la porte.
D’une péniche, près de la maison de la radio, remplie de 500 personnes en cuir, vinyle ou latex, bientôt ivres.
Il y a les scènes de bondage avec ces jeunes femmes, à peine plus âgées que nous. Elles sont nues, enserrées de cordes, fouettées, parfois doucement, parfois plus fort. Un verre de Vodka pomme à la main, je regarde, un peu fasciné, plus du tout inquiet.
Pourtant, quelques heures auparavant, dans la longue queue des cabines d’essayage du Zara femme de Châtelet, je me sentais un peu idiot, mon legin en faux cuir taille M serré contre moi. Avec cette question qui me taraude, est-ce vraiment une bonne idée ?
Oui, évidemment, une des meilleures soirées de cette fin 2008, malgré le froid qui nous glace les os quand nous sortons pour fumer sur le ponton ou pour discuter un peu au calme avec les gens.
Comme avec le docteur Bootnfeet, star du fétichisme des pieds des soirées parisiennes et qui nous fait vibrer les mains.
La majorité des gens est charmante et nous avons des verres gratuits parce que le serveur est homo. Les femmes ne nous regardent pas, nous sommes trop jeunes avec mon camarade, mais cela n’a pas d’importance. Nous sommes juste contents d’être là et de nous balader à travers les petites salles, un peu voyeur.
Ca boit, ça danse, ça fouette, ça papote beaucoup, ça lèche. Dans une cage, les candidates de Miss Démonia défilent sur la musique de Futurama. Dans le donjon, des femmes écrasent le dos des soumis avec leurs talons. Une en a deux. Elle les fouette. J’en recroise un tout souriant, un peu plus tard, debout et fiers.
Là, je ne sais, je me souviens de Plume de Michaux. Il part en voyage et est valdingué et maltraité d’un bout à l’autre du bateau, d’un bout à l’autre de la traversée.
« Mais  il ne dit rien, il ne se plaint pas. Il songe aux malheureux qui ne peuvent pas voyager du tout, tandis que lui, il voyage, il voyage continuellement. »

Bilan: Indispensable

Nuit Élastique

Lieu variable, cette fois là dans le 16ème arrondissement.

Agrandir le plan.

Un article un peu plus long a été publié aussi sur Rue69.

Publicités
  1. Whaouh, i’m impressed… Tu mets ton legging vendredi ? (je mettrai peut-être le mien hihi)

  2. L’histoire ne dit pas si Quentin a eu une erection.

  3. La question m’a été posé sur Rue69 dans les commentaires et la réponse est non, même si le bondage, c’est pas mal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :